9 novembre 2019

La jeunesse et l'architecture

Tous les participants à notre dernière Assemblée Générale ont pu constater que notre invité Joël Baud Grasset, président du CAUE 74 et de la Fédération nationale des CAUE (*), avait déploré le manque de formation à l'architecture dans le cursus éducatif français.
Et pourtant, l'architecture est un élément essentiel de notre environnement : rien de plus quotidien que le fait d'habiter !
Deux initiatives récentes laissent à penser que Joël a été écouté : 
Tout d'abord le CAUE de Haute Savoie a lancé cette année un programme : les mercredis de l'archi - Ateliers d'architecture et de paysage pour les 8-12 ans.  

Répondant au souhait de sensibiliser les plus jeunes aux questions architecturales, quatre sessions sont proposées aux enfants. Elles développent des thématiques essentielles pour un premier contact avec le cadre de vie. Pensées autour d’une approche sensible, les sessions incitent les enfants à créer (croquis, dessins, mesures), imaginer, manipuler (cartes, maquettes) et observer leur environnement (visites de terrain). Loin d’être didactique, chaque session aborde un thème de façon créative et ludique encadrée par un architecte animateur du CAUE. Pour plus de détails reportez-vous au site du CAUE : 
https://www.caue74.fr/enseignants/les-mercredis-de-l-archi.html


Autre initiative qui va dans le même sens : l'Académie d'Architecture remet chaque année le Prix du Livre d'architecture. Pour la première fois cette année, l'Académie a distingué également un prix du livre d'architecture pour la jeunesse. Ce prix a été décerné à Anne Jonas et Lou Rihn pour leur ouvrage "Habiter le Monde". Une vingtaine de thèmes sont développés et illustrés par les auteurs allant de la "fabrique de l'ombre", à la "lutte contre le froid" ou "comment se fondre dans le paysage", etc. avec des exemples pris dans le monde entier.


C'est un voyage initiatique passionnant pour les enfants, là encore, de 8 à 12 ans. Une bonne alternative pour nos enfants qui ont bien souvent leurs yeux rivés à Instagram, Snapchat ou Fortnite !!
Prix du livre d'architecture pour la jeunesse

(*) CAUE : acronyme de "Conseil, Architecture, Urbanisme, Environnement"

NB. Dorénavant tout commentaire anonyme ou ayant un nom fantaisiste ne sera pas publié. 


RAPPEL
Vous appréciez le contenu de notre blog ? Faites-en profiter vos amis et relations en nous communiquant leur adresse email via le lien contact@adept.asso.fr.
Vous pouvez prendre ou renouveler votre cotisation à l'association. Un email à contact@adept.asso.fr et nous vous adresserons le formulaire d'inscription. Le coût s'élève à 15 euros par an (20 euros pour un couple) et permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 66%. 

Bien évidemment les adhésions sont possibles pour tous les résidents (principaux et secondaires) du bassin annécien. Vous pouvez aussi adhérer par Internet en cliquant sur le bouton ci-dessous.




Généré par HelloAsso



31 octobre 2019

Mais où est passée « La Perle du Lac d’Annecy » ?

C’est avec circonspection que l’ADEPT s’est engagée cet été dans une opération de nettoyage des fonds lacustres du Port de Talloires, dans une zone comprise entre l’Abbaye et la mise à l’eau du port, et à une profondeur maximale de quinze mètres. L’objectif nous paraissait noble, nous possédions les qualifications nécessaires pour mener à bien ce projet, nous avions reçu les conseils avisés du Club Subaquatique Annecy, coutumier de ce genre d’exercice, et le support matériel très précieux de Julien Michel, via sa structure Profil Plongée, bien connue des Talloiriens.
Cependant, nous n’avions aucune idée de ce sur quoi nous allions tomber. Probablement quelques déchets classiques (cordages, fil de pêche, lunettes de plongée, sandales…) mais aussi, peut-être, des bouteilles et puis, pourquoi pas, les cloches de l’Abbaye, disparues depuis plus de deux siècles, ou bien encore la fameuse perle du lac qui se situerait, dit-on, quelque part dans la baie de Talloires.
Après avoir rempli les formalités administratives et reçu les différents accords (Préfecture de la Haute Savoie pour l’autorisation d’intervention et Mairie de Talloires pour l’enlèvement des déchets), nous nous sommes donnés rendez-vous le samedi 14 septembre au petit matin. L’équipe était composée de 3 plongeurs subaquatiques, tous formés à la pratique de ce sport (dont 1 moniteur) et tous membres du bureau de l’ADEPT (assurance oblige), d’un frêle esquif, à la tête duquel notre Président dirigeait un équipage composé du fils d’un plongeur et d’une membre de l’AMEP. A terre, le secrétaire de l’ADEPT était chargé de veiller aux éventuels départs de bateau et d’aider au déchargement de la barque. Il sera aidé dans sa tâche par deux adhérents de l’ADEPT.
Aux alentours de 9h30, tout le monde prenait son poste, sur la rive, sur le lac et, surtout, sous le lac. La visibilité sous l’eau était extrêmement réduite (quelques dizaines de centimètres tout au plus) pourtant, très rapidement nous commencions notre pêche « miraculeuse ». A quelques mètres du bord nous avons commencé à trouver des pneus, puis des bouteilles, des déchets métalliques, des plastiques de toutes sortes. Toute l’équipe était sur le vif, s’attelant à récupérer puis évacuer sur la berge les « trésors » que les trois  plongeurs faisaient remonter. Et des pneus, encore des pneus ! Une fois extraits de la vase et placés à la verticale, il nous suffisait d’injecter un peu d’air dans le tube pour qu’ils remontent seuls à la surface. Malheureusement il y en avait tant que l’équipe de surface n’avait même pas le temps de les récupérer. Alors les pneus redescendaient et il fallait renouveler l’opération. Paradoxalement, vu du fond, le spectacle de ces pneus, montant et descendant lentement, coupant les rayons du soleil matinal, avait presque des airs poétiques.
Les filets que nous avions pris se remplissaient beaucoup plus vite que nous ne l’avions imaginé. Une des difficultés réside dans le fait que les déchets sont, pour beaucoup, remplis de sédiments, augmentant par là-même leur poids et donc la difficulté pour les remonter. 
Vers 10h30, à court d’air, les plongeurs effectuaient leur dernière ronde dans le port puis ressortaient de l’eau.
L’heure était à l’inventaire et au tri de ce que nous avions remonté : des déchets de toute sorte, métalliques, plastiques, des céramiques (un pot de chambre !) presque une quinzaine de pneus remplis de vase, des bouteilles de toutes sortes en verre mais aussi en plastique. Mais aussi une vieille batterie et… une petite culotte !
Tous les déchets ont été rassemblés sur la zone de mise à l’eau puis triés par les bénévoles et enfin enlevés le lundi après-midi par les services techniques de la commune.
Au final nos sentiments sont partagés : d’un côté la satisfaction d’avoir mené une belle action et la joie d’avoir passé un bon moment ensemble, de l’autre côté c’est la révolte face à tant d’incivilités. Notre opération a été utile, car certains considèrent que le lac est une décharge ce qui est révoltant. D’autant plus qu’elle est loin d’être terminée car en raison de la très faible visibilité ce jour-là, nous n’avons exploré qu’une petite zone, comprise entre moins cinq et moins huit mètres de fond.
Le rendez-vous est d’ores et déjà pris pour l’année prochaine. Cette fois-ci avec la ferme intention de trouver, enfin, cette fameuse « Perle du Lac d’Annecy »

Lionel G. et les autres plongeurs Bernard F. et François C.


RAPPEL
Vous appréciez le contenu de notre blog ? Faites-en profiter vos amis et relations en nous communiquant leur adresse email via le lien contact@adept.asso.fr.
Vous pouvez prendre ou renouveler votre cotisation à l'association. Un email à contact@adept.asso.fr et nous vous adresserons le formulaire d'inscription. Le coût s'élève à 15 euros par an (20 euros pour un couple) et permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 66%. 

Bien évidemment les adhésions sont possibles pour tous les résidents (principaux et secondaires) du bassin annécien. Vous pouvez aussi adhérer par Internet en cliquant sur le bouton ci-dessous.



Généré par HelloAsso

22 octobre 2019

L'enjeu de Talloires Espace Lac. Partie 3 : les attentes de la population



Après l’analyse des types d’accès au lac et de la servitude de marchepied, nous poursuivons nos remarques sur l’appel d’offres concernant Talloires Espace Lac en commentant l’émotion manifestée par la population sur le choix de la solution retenue : un bail emphytéotique de quarante ans. Nous émaillons nos remarques de quelques photos prises récemment de cet espace exceptionnel au bord du lac mais avec des bâtiments en très mauvais état.


L’occupation des berges du lac à Talloires comme ailleurs autour du lac est un sujet extrêmement sensible. Même si juridiquement la municipalité a respecté les procédures légales en lançant un appel d’offres « en toute transparence et impartialité » comme l'écrit le maire dans sa note d'informations au public, le site Talloires Espace Lac cristallise tous les enjeux autour de l'occupation des berges du lac.
Notamment :
la volonté de la population d'être désormais consultée sur les opérations qui engagent son mode de vie,
son aspiration à obtenir les accès les plus larges à l'espace public,
les tensions récurrentes entre les "favorisés" qui ont des accès privatifs au lac et les "moins favorisés" qui doivent se contenter des accès publics, souvent réglementés.

Après la tempête du 1er juillet 2019

Même conçue avec le plus grand respect des servitudes publiques et de la loi littoral, la location des terrains de Talloires Espace Lac à une structure privée pour quarante années a été ressentie par une partie des habitants comme une privatisation de l'espace public et une restriction de leurs droits. Il appartiendra à la commune d’éviter que la solution choisie génère des tensions dans la population et des risques de contentieux car « l'émotionnel » gouverne souvent les réactions dans un contexte de fortes tensions foncières. Pour cela il faudra convaincre que le projet s’inscrit véritablement dans un respect total de l’environnement et de la loi littoral et dépasser la dichotomie « public/privé » comme le soulignait fort justement Alice Nikolli dans son travail de recherche dont nous nous sommes largement inspirés dans ces trois articles.

 















RAPPEL
Vous appréciez le contenu de notre blog ? Faites-en profiter vos amis et relations en nous communiquant leur adresse email via le lien contact@adept.asso.fr.
Vous pouvez prendre ou renouveler votre cotisation à l'association. Un email à contact@adept.asso.fr et nous vous adresserons le formulaire d'inscription. Le coût s'élève à 15 euros par an (20 euros pour un couple) et permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 66%. 

Bien évidemment les adhésions sont possibles pour tous les résidents (principaux et secondaires) du bassin annécien. Vous pouvez aussi adhérer par Internet en cliquant sur le bouton ci-dessous.


Généré par HelloAsso