05 août 2022

Décès de Jean-Eric OUGIER

Jean-Eric était non seulement un célèbre artificier reconnu pour ses nombreuses prestations en Europe et dans la région parisienne, mais pour Annecy et plus particulièrement pour nous à Talloires par la superbe mise en place de ses “concerts pyrotechniques “.



Jean-Eric restera pour beaucoup d’entre nous celui qui a enchanté de très nombreux spectateurs qui ne sont pas prêt d’oublier les longues soirées de bonheur vécues avec la beauté de ses « feux » et de tous ces artistes de renom ravis de jouer dans un tel cadre. Sans oublier … bien entendu son ami et complice de toujours : François René DUCHABLE.

Merci Jean Eric.

François Villaume

30 juillet 2022

Pylône de Saint-Germain : un vrai progrès

Depuis des années, l’ADEPT milite pour déplacer le pylône de Saint-Germain ou, à tout le moins, le masquer.

Le pylône vu du lac

Le pylône vu du lac

Une première étape vient d’être franchie : le pylône a été repeint en kaki et se fond désormais beaucoup mieux dans le paysage comme le montre la photo ci-dessous prise depuis la baie de Talloires. Dans la foulée, les installations du site ont été sécurisées (voir photo).



TdF gère ce pylône. Cette société a conclu un contrat avec la municipalité que l’ADEPT considère comme quasiment « léonin ». Ce contrat a été renouvelé à la fin de la précédente mandature et s’achève dans plusieurs années (!).


Craignant sans doute que la municipalité ne renouvelle pas le contrat à l'échéance, TdF a obtempéré rapidement aux requêtes de la municipalité : sécuriser l’installation et peindre le pylône. C’est chose faite et tant mieux.


Il n’empêche : par sa proximité avec l’Ermitage, ce pylône reste une verrue qu’il faudra un jour ou l’autre déplacer. Ce ne sera pas facile car non seulement il existe des contraintes techniques (trouver un terrain de substitution adéquat) mais encore respecter les contraintes juridiques, un pylône étant désormais considéré comme une construction au sens de la Loi Littoral. De ce fait, aucun pylône ne peut être installé en dehors des zones urbanisées sauf à être considéré comme une extension anormale ; et, dans le PLU, la zone de Saint-Germain n'est pas considérée comme une zone urbanisée !

Un grand challenge pour la municipalité.

Soutenez l’ADEPT dans cette démarche pour le déplacer.


Ci-dessous quelques photos.






RAPPEL
Vous appréciez le contenu de notre blog ? Faites-en profiter vos amis et relations en nous communiquant leur adresse email via le lien contact@adept.asso.fr
Vous pouvez prendre ou renouveler votre cotisation à l'association. Un email à contact@adept.asso.fr et nous vous adresserons le formulaire d'inscription. Le coût s'élève à 15 euros par an (20 euros pour un couple) et permet de bénéficier d'une déduction fiscale de 66%. 
Bien évidemment les adhésions sont possibles pour tous les résidents (principaux et secondaires) du bassin annécien. Vous pouvez aussi adhérer par Internet en cliquant sur le bouton ci-dessous ou en scannant le QR code ci-dessous.



02 juillet 2022

Compte-rendu du conseil d'administration du 29 juin 2022

Ce 29 juin 2022 à 18h30, dûment convoqués par internet le 26 juin, se sont réunis dans la salle de l’ancienne école de Vérel les administrateurs suivants :

Jacques Bessières, Henri Comte, Jacques Comte, Roland Da Mutten, François Villaume. Les autres administrateurs s’étaient excusés, dont deux pour cause de Covid.

Selon l’ordre du jour ont été traités successivement :
1.- Affaire Gavila


Le jugement initialement prévu pour le 1er juillet a été décalé au 8 juillet.
Jacques Bessières se rendra au TA de Grenoble ce jour là. Il défendra l’idée que la construction Gavila étant en zone naturelle au PLU, cette zone se doit de rester naturelle.
D'ailleurs, lors de l’enquête publique, le Commissaire Enquêteur avait émis un avis négatif au projet de M. Gavila ; avis négatif confirmé ensuite par le Grand Annecy.
A cet effet, le CA adopte la résolution suivante :
« Affaire Gavila : le CA mandate Jacques Bessières pour représenter l’association lors du jugement prévu le 8 juillet prochain à 9hrs au TA de Grenoble ».


2.- Devenir de l’ADEPT

N’arrivant pas à trouver de président, avec en plus Jacques Bessières qui envisage cesser toute activité en tant qu’administrateur de l’ADEPT,  la dissolution pure et simple avait été initialement envisagée ; toutefois il lui est préféré une « mise en sommeil » et ce d’autant que la situation financière actuelle de l’association lui permet de faire face aux charges incompressibles pendant quelque temps encore et que l’actuel contrat d’assurance responsabilité civile, défense pénale et recours suite à accident, court jusqu’au 31 mars 2023.
Bien qu’ayant déjà plaidé pour une diminution de cotisation pour ce contrat du fait de notre « réduction » d’activités et obtenu un rabais de 40,00 €, le trésorier va se rapprocher de MMA pour essayer d’obtenir un nouveau rabais suite à cette possible mise en sommeil de l’association.


3.- Actions à entreprendre

- François Villaume fait remarquer qu’il lui reste de la lasure pour repeindre la croix du Thoron ; principal problème, trouver une échelle assez haute et un (jeune) volontaire pour passer une nouvelle couche de lasure, ainsi que l’ADEPT s’était engagée à le faire.
- Lors d’une réunion organisée le 13/10/2020 chez Madame Jeanine de Conigliano, une liste d’actions liées à la sauvegarde et à la mise en valeur de notre patrimoine local avait été dressée.
Certaines ont heureusement été réalisée et si, à l’avenir, l’ADEPT devait se « réveiller » cette liste serait vite ressortie !


4.- Gestion générale

- Concernant le compte Banque Postale et le livret A, Jacques Bessières , en tant que président, détenait le pouvoir de signature. Il avait signé des procurations concernant Bernard Fouqueré, François Villaume et Jacques Comte.
Ces procurations sont valables jusqu’au 31-12-2037 mais il conviendra de les réactualiser car si celle de Bernard Fouqueré est tombée du fait de son élection en tant que conseiller municipal, il faudrait réaliser qu’en 2037 François Villaume tout comme Jacques Comte auraient 103 ans !!!
- L’ADEPT n’a jamais eu de Carte Bleue pour en éviter les frais annuels.
Pour simplifier certains règlements, en particulier sur internet, c’est le président qui, jusqu’à ce jour, utilisait sa carte personnelle.
Il est demandé au trésorier de lui faire parvenir un RIB afin que toutes les futures dépenses s’imputent désormais sur le compte Banque Postale de l’association.

5.- Assemblée générale extraordinaire et Assemblée générale ordinaire 2022


Il est envisagé d’organiser assez rapidement une AGE suivie d’une AGO un samedi en l’école de Vérel de 10h à 12h (montée et descente possibles avec les bus gratuits).
- AGE : renouvellement du CA, modification art 10 des statuts concernant les candidatures au Conseil d’Administration ; suppression de l’obligation d’être « membre de l’Association depuis au moins un an pour qu’une candidature soit recevable ».
- AGO : rapport moral, rapport financier, appel à candidatures, etc.
Un exposé serait demandé à Bernard Fouqueré sur le thème du prochain PLUi.
Verre de l’amitié.


19 mai 2022

Sauvons le tombeau du peintre André-Charles COPPIER

André-Charles Coppier est né à Annecy en 1866. Fils d’un modeste cordonnier de la rue Sainte Claire, il fit preuve d’un talent précoce et remarqué pour les arts graphiques.

En 1891, doté d'une bourse de voyage du Conseil supérieur des beaux-arts, il voyagea en Italie, aux Pays-Bas, en Angleterre et en Allemagne où il copia les plus grands maîtres du Moyen Âge et de la Renaissance. Il fut un graveur fort apprécié qui exposa notamment au Salon des artistes français et obtint plusieurs médailles.

Portrait d'André-Charles Coppier par Albert Besnard
Musée d’Orsay
 

Mais André-Charles Coppier est aussi connu pour ses ouvrages d'historien d'art consacrés à Rembrandt et aux artistes du xve siècle, ainsi que pour ses livres d'art : « Les portraits du Mont-Blanc », « Au Lac d'Annecy », « De Tarentaise en Maurienne ». Il est également l'auteur de divers écrits dont le catalogue raisonné de l'œuvre gravée d'Albert Besnard.

C'est du reste sa grande maîtrise de la gravure, qualifiée de « scrupuleuse et intuitive », qui le fit remarquer et le hissera au rang des plus grands graveurs français, contribuant à faire de cette discipline une science exacte s'appuyant sur une recherche rigoureuse, scientifique et historique.

Sa très grande érudition, qu'il cultiva au cours de ses nombreux voyages, en fit une des personnalités éminentes de l'Histoire de l'art du début du XXe siècle.

Il est décédé le 30 septembre 1948 à Talloires, village où il a été inhumé.

Si Coppier fut un critique d’art, un graveur et un artiste peintre de valeur internationalement reconnue, en même temps qu’un talloirien fervent promoteur de la renommée de son village, l’objet de ce blog n’est toutefois pas de faire sa biographie mais de déplorer et d’alerter sur l’état de sa tombe qui, comme nos photos en témoignent, est aujourd’hui dans un état de profond délabrement.

 


 

La remise en état de cette tombe incombe certes à sa famille mais celle-ci n’est pas connue. L’ADEPT voudrait donc, par une démarche publique, tenter de retrouver les descendants du peintre et les alerter. 

Ainsi invite-t-elle toute personne possédant des informations permettant de les identifier et d’entrer en contact avec eux, à nous les communiquer.

Alors pourrions-nous leur proposer aide et soutien pour restaurer ce tombeau et préserver ainsi la mémoire de l’artiste. Ce serait une juste reconnaissance envers celui qui a laissé en héritage une œuvre écrite et graphique montrant son profond attachement à notre village et le lien qui a pu se développer entre sa vie parmi nous et une partie significative de son œuvre artistique, au sein de laquelle il a lui-même inclus la réalisation de sa magnifique demeure de style florentin.

Cette villa pieds dans l’eau, adossée au Roc de Chère, baptisée « La Pergola », construite dans la baie de Talloires, bénéfice d'une situation exceptionnelle. Coppier la considérait comme son véritable chef-d’œuvre.

Chacun peut l’admirer en empruntant la passerelle reliant le chemin des Moines au sentier pittoresque grimpant au sommet du Roc de Chère par la grotte aux oiseaux.

Photo noir et blanc de Coppier et sa famille posant devant « La Pergola »
(collection privée)

Ainsi détaillait-il sa demeure en 1934 dans le n°5, 3ème année, page 10, de la revue bimestrielle « L’Arcade » dont nous reproduisons ici quelques extraits :

« C’est ma pergola de Chère qui reste mon œuvre de dilection et comment elle m’apparaît aujourd’hui – tel un beau cadre autour d’une toile satisfaisante – comme cette « Récompense » dont Corot ne s’accordait la joie que pour ses paysages dignes d’être achevés ».


« Et cependant, sitôt que mes travaux pour les grands éditeurs d’estampes d’Angleterre et des Etats-Unis m’eurent assurés quelques annuités suffisantes, je jetais mon dévolu, au ras du lac sur un terrain affreux – tout en ronces et en pousses sylvestres - où la rumeur publique affirmait avoir vu grouiller autant de nœuds de vipères qu’il y avait de genévriers envahisseurs.
C’était en 1904. Le vieux renard qui le vendait n’était pas si sot que ses compatriotes. « Ce n’est pas un terrain, disait-il, c’est une situation ! Je vends le Nice de la Savoie ! ». 

En dépit de l’insistance de ses amis, André Theuriet, alors en séjour à l’hôtel Beau Site, et Geneviève Taine, pour le faire renoncer à y construire, rien n’y fit et Coppier de conclure : 

« Aujourd’hui j’y vendange du fin chasselas ; j’y vois mûrir des figues et des grenades en pleine terre, près d’une avalanche de fleurs ; et – qu’on le veuille ou non – j’ai forcé l’opinion publique à reconnaître que c’est précisément là le plus beau lieu du lac et l’un des plus beaux lieux du monde ».

Nombre d’œuvres peintes de Coppier expriment mieux que tout sa passion pour Talloires.
Nous en reproduisons ci-dessous quelques-unes, extraites de son livre « Au Lac d'Annecy »,
édité à Chambéry, en septembre 1923, par la librairie DARDEL.

Elles sont comme autant de cartes postales que Coppier continuerait à nous envoyer !

"Matinée d'août à Talloires"

"Baigneuses"

"La barque à voile"

"Le grand Perthuis"