9 mars 2011

Commentaires PLU

Bonjour à tous.

Bien que le PLU de Talloires ne recueillait pas l'adhésion totale de l'ADEPT, j'estime qu'il est assez regrettable, non seulement du point de vue financier, de se retrouver aujourd'hui avec un avis défavorable du Commissaire enquêteur.

Par ce courriel, je tenais avant tout à souligner que, dans la séance du 7 octobre 2010 de la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites, j'avais été le seul à ne pas me prononcer favorablement sur ce PLU. J'avais en effet, dans mon intervention précédant le vote, fait remarquer que bien que ce PLU très complet, élaboré avec sérieux, donnait une bonne "photographie" de la situation actuelle de la commune et était en notable progrès par rapport au POS précédent, il y avait lieu de l'amender sur nombre de points notamment en ce qu'il allait conduire, surtout pour les zones à forte visibilité depuis le lac, à un impact négatif sur l'environnement, rejoignant ainsi l'avis exprimé par le Commissaire enquêteur.

Si le Maire de Talloires n'avait pas été rendu aussi sûr de lui par l'avis TROP favorable de la CDNPS (unanimité moins une abstention) et que, sur les 20 personnes ayant siégé le 7 octobre, s'étaient trouvées 8 ou 9 membres pour partager mon point de vue (disons par exemple : 4 voix contre et 5 abstentions), cet avis MOINS favorable de la commission aurait peut être incité le Maire de Talloires et ses conseillers à améliorer leur PLU ce qui aurait, de facto, conduit le Commissaire enquêteur à délivrer un avis favorable.

Cette regrettable assurance des élus, qui décident seuls et soumettent seulement après leurs décisions à l'avis des citoyens, a déjà joué un fort mauvais tour à Balmettes où le Maire et le promoteur (quel beau titre de fable que pourrait écrire Jean de La Fontaine s'il revenait parmi nous !) trop sûrs d'eux, n'avaient pas hésité à se pourvoir jusqu'en Conseil d'Etat ... pour se faire condamner !

Que de temps gagné, de décisions mieux "ficelées", et aussi de non négligeables économies réalisées s'il y avait, le plus en amont possible, concertation et échanges et non seulement "pour la forme" ou par obligation légale, pour "être en règle". A ce stade préparatoire, les associations représentatives ont elles aussi la volonté et la capacité d'étudier avec le plus grand sérieux les dossiers et de ne pas proposer des solutions qui seraient irréalistes ou "farfelues" !

Voeux pieux aujourd'hui sans doute, mais un jour peut-être ...

Mes très cordiales salutations à tous.

Jacques Comte

Aucun commentaire: