1 novembre 2016

La concertation avec la population : quand elle est véritable, cela marche !


L’ADEPT vient de participer au voyage d’études annuel du CAUE* Haute-Savoie en Allemagne. Le lieu choisi : la région du lac de Constance dans le « Land » du Bade Wurtemberg.
Le thème du voyage : « Bau Kultur », concept que l’on peut traduire par « Culture du bâti » c’est à dire que non seulement on s’attache aux réalisations architecturales proprement dites et à leur environnement mais encore au PROCESSUS de leur réalisation.
Trente cinq participants : maires, adjoints, directeurs des services, architectes, urbanistes. Hormis un administrateur de l'ADEPT, aucun représentant de la rive Est du lac. Plusieurs villes et villages visités, chaque fois avec un exposé des responsables locaux et des architectes concernés.
Une constante dans tous les sites visités : l’implication de la population très en amont avec la mise en oeuvre d’une véritable concertation sur les projets … et cela marche !
A Birberart, pour réaliser une zone d’extension de la ville, les habitants ont eu à choisir le type de maison de leurs rêves à partir de plusieurs modèles proposés ; et la configuration finale de la zone tient compte de ces différents types.
A Ravensburg, comment combler une dent creuse dans le tissu urbain ? Les habitants se sont vus proposer différents projets d’architecture avec les avantages et inconvénients de chacun commentés par le conseil architectural de la commune. Le résultat n’est pas contesté.
A Tettnang, faut-il installer un petit super marché en périphérie ? Faut-il refaire la chaussée de la rue principale ? La population est impliquée dans les choix et peut ainsi s’approprier le résultat final.
Nous avons eu la chance d’assister à l’implication de la population dans ce dernier exemple. Sous une petite tente, le jour du marché, la population pouvait s’exprimer en épinglant des petites épingles de couleur sur le plan de la ville. 

Vert d’accord, rouge, pas d’accord ! Chaque prise de position était notée avec un commentaire écrit par le responsable de l’urbanisme de la commune. La synthèse, complétée par les recommandations du conseil architectural, va faire l’objet d’une validation par le conseil municipal. C’est à ce prix que les allemands s’approprient la maîtrise de leur environnement. Les contentieux ? Ils n’existent pratiquement pas.
Comparaison n’est pas raison car la culture allemande est bien différente de la nôtre, mais quand même. Ne pourrait-on pas s’en inspirer ? Quel accroissement de légitimité les élus n'engrangeraient t-ils pas s’ils inséraient dans l’élaboration des PLU et PLUi une vraie méthode de participation très en amont (qui connaît le dernier PADD qui vient d'être voté par le conseil de Talloires-Montmin la semaine dernière) ? Rien à voir avec les quelques lettres (cf. la dernière lettre dite exceptionnelle) et séances d’information ou un cahier à remplir en mairie qui traduisent les modalités d'une concertation que les élus se sont d'ailleurs définis eux-mêmes !
Et au fait : pourquoi ne pas faire un essai pour l’aménagement du col de la Forclaz ?

Prochain article : Assemblée générale du 12 novembre
  * CAUE : Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement

1 commentaire:

F.Chatelain a dit…

Lettre exceptionnelle d'information municipale de M. Favrot, page 4, point 2 :" ce qu'il faut attendre de la concertation" :
"la concertation doit être un temps fort de la démocratie locale"

Interrogée sur le temps fort de la démocratie locale, la conseillère municipale du Col de la Forclaz m'indiquait récemment : "qu'elle espère".