2 janvier 2015

Compte-rendu de l’Assemblée Générale de l'ADEPT du lundi 22 décembre 2014

Ainsi qu'il avait été indiqué sur la convocation envoyée le 4 décembre, les adhérents de l'ADEPT se sont retrouvés lundi 22 décembre 2014 à 9h30 dans la salle du restaurant l'ATTERRO à PERROIX. Ce jour de la semaine, cette période de l'année, ce lieu constituent une rupture avec ce qui se faisait depuis les 29 années d'existence de l'ADEPT durant lesquelles l'assemblée générale s'était toujours tenue en fin de semaine, au mois d'août, dans une salle du centre Bourg. Autre différence notable, cette assemblée générale n'était pas non plus destinée à réunir le plus grand nombre possible de participants mais était réservée exclusivement cette année aux membres à jour de leur cotisation 2014, soit 17 présents ou représentés sur un total de 26 cotisations encaissées. Le Président Jean-Yves Pérès, dans un petit mot d'accueil, justifie les raisons de ce changement tout d'abord par le fait qu'il n'est jamais présent à Talloires de juin à septembre et aussi parce qu'il lui semble important de consacrer cette échéance annuelle à la réflexion entre adhérents afin de définir la manière de fonctionner, savoir si notre voix peut encore être prise en compte face à l'éloignement des centres de décision et à la perte de poids en résultant pour la commune “traditionnelle” avec les transferts progressifs de compétences aux intercommunalités ; vaste sujet d'actualité pour nombre d'associations. Etre ou disparaître telle est en réalité la question posée par le président qui laisse alors la parole aux administrateurs ayant en charge les dossiers en cours.

Requête de l’ADEPT près le TA. Philippe Cléry. La requête de l’ADEPT près le TA de Grenoble, concernant le projet de la société Immobilière Savoie Léman de construire un immeuble en bordure de départementale, sur 40 mètres de long, ne s'intégrant pas dans le bâti traditionnel du centre historique, est à l'instruction. De mémoires en réplique en mémoires en réponse, les mois passent ! Pour l'heure l'avocat de la commune, en reconnaissance du désir de l'ADEPT de défendre la qualité du patrimoine local, demande très simplement que nous soyons condamnés à verser 5 000 € !

Circulation routière autour du lac. Edmond Luca. D'entrée Edmond Luca, administrateur de l'ADEPT, expert en ingénierie des transports publics, pose la question à laquelle les élus n'ont apporté à ce jour ni réponse précise, ni solution crédible : “voulons-nous augmenter ou réduire la congestion sur les rives du lac ?”. A partir d'un diaporama clair et argumenté, s'appuyant sur les derniers comptages routiers, Edmond Luca, de manière méthodique, réfute les solutions proposées par le Conseil Général. Son analyse est sans appel, la congestion sera encore pire en 2030. Pas plus un tunnel que le BHNS (acronyme qui, sans le moindre complexe, correspond à : Bus à Haut Niveau de Service) qui ne bénéficiera même pas d'un site propre sur tout son trajet d'Annecy à Faverges, ne pourront constituer la solution, d'autant que le raccordement du tunnel à un nœud de 6 routes totalisant de 180 000 à 230 000 véhicules par jour, voire 210 000 à 280 000 en 2030, via une nouvelle voie urbaine de 2,3 km à Seynod, induirait un supplément de trafic de l’ordre de 30% ! Il recommande de réhabiliter l'ancienne voie ferrée qui existait d’Albertville à Annecy, ce qui peut se faire le long de la piste cyclable sans toucher à celle-ci ; solution plus efficace, plus écologique, plus économique et offrant des qualités de confort et de régularité de durée de trajets pour les usagers, loin des embouteillages, non soumis aux contraintes atmosphériques : pluie, neige, verglas dont un bus serait tributaire... sans parler d'une évidente connexion qui pourrait relier cette ligne à celles en cours de réalisation avec le CEVA de la région genevoise. Il serait plus honnête, lors de la DUP prévue en mars prochain, de présenter au public un comparatif détaillé et chiffré des deux versions : le BHNS + tunnel, le tramway. Le diaporama complet, présenté par notre administrateur, sera mis en ligne sur le blog de l'ADEPT.

Travaux voie verte côté Est. Dorothée Chatenet. De son côté, la vice-présidente Dorothée Chatenet, après avoir rappelé que l'idée d'un bouclage cyclable du tour du lac datait de 1996 et qu'il aura fallu 10 ans d'études pour parvenir au dossier actuel, souligne le décalage entre les promesses de 2006 et la réalité de 2015 pour cette voie cyclable, devenue “Voie verte”. Ce projet, réussi en rive Ouest où on constate jusqu'à 8 000 cyclistes par jour, aura constitué en fait une opportunité pour les élus de la rive Est, leur permettant d’améliorer leurs infrastructures communales à moindre frais ; objectifs réels non clairement affichés au départ par les municipalités. L'ADEPT était à l'origine d'accord à partir d'un discours écologique positif, soucieux du respect de l'environnement et de la revalorisation du site ce qui, au vu des réalisations actuelles, est loin d'être le cas ; quant aux encorbellements prévus sur le lac après Balmettes, l'avis est on ne peut plus réservé d'autant que la notion de voie verte reprise en 2010 au niveau européen considère qu'une voie verte doit être une route aménagée en site propre et surtout ne devant pas consommer d'espace supplémentaire.

Rapport moral. Jean-Yves Pérès. Le Président reprend la parole. Après s'être livré à une synthèse des activités précédemment exposées, il insiste sur la nécessité de s'adapter à l'évolution des divers échelons administratifs et, dans ce contexte, invite les membres présents à faire preuve d'imagination pour aider l'association à rebondir de façon progressive dans un monde où les associations de protection de l’environnement devront impérativement se regrouper pour essayer de parvenir à mieux se faire entendre. Certaines coopérations ponctuelles avec Lac d’Annecy Environnement étant un début de réponse en ce sens. Il constate avec regret une perte d'écoute de la part des élus, une nette régression de la démocratie avec des solutions toutes faites que l'on essaye d'imposer aux citoyens, sans réelle information ou concertation, rançon de la mondialisation ? A nous d'être un élément de veille et d'arriver à alerter et motiver la population locale en fonction des objectifs que nous souhaitons atteindre avec un effort particulier en 2015 sur la communication et la médiatisation de nos actions. Ceci étant, le Président propose de considérer les divers exposés comme un rapport d'activité à partir de quoi il demande de voter le quitus. C'est à l'unanimité que quitus est donné concernant les activités de l'exercice écoulé. La parole est alors donnée au trésorier.

Rapport financier. Jacques Comte. Le trésorier rappelle qu'à sa création, selon l'article 9 des statuts, l'exercice comptable était basé sur l'année légale (1er janvier - 31 décembre) mais, les statuts précisant également que l'Assemblée générale devait se tenir au début du mois d'août, il en était résulté quelque confusion chez les adhérents qui ne savaient plus, lors de l'AG, s'ils étaient à jour de leur cotisation, laquelle avait souvent été versée l'année précédente. Lors de l'AG du 8 août 2009 il avait donc été décidé de modifier la durée de l’exercice comptable de manière à être plus en phase avec la date de l’Assemblée générale et, au lieu de s’aligner sur l’année légale, d'avoir un exercice courant du 1er juillet au 30 juin de l'année suivante. De ce fait, l’exercice 2009 a eu une durée exceptionnelle de 18 mois, couvrant la période du 01/01/2009 au 30/06/2010 et, depuis, la période est restée 1er juillet - 30 juin. Ainsi, l'exercice à valider aujourd'hui concerne la période : 1er juillet 2013 - 30 juin 2014. Sauf retards de certains, les cotisations encaissées postérieurement à ce 30 juin seront imputées sur l'exercice : 1er juillet 2014 – 30 juin 2015 qu'il conviendra de valider lors de la prochaine AG, en 2015, au cours de laquelle il y aura à se prononcer sur un éventuel réalignement sur l'année légale. Pour l'exercice écoulé, la trésorerie de l'ADEPT s'élevait au 30 juin dernier à 5 179,54 €. A ce jour, elle atteint tout juste 5 000 €, après déduction des frais pour aller déposer des dossiers au greffe du TA de Grenoble et de ceux d'envoi en LR avec AR de plis destinés eux aussi à ce TA. C'est à l'unanimité que quitus est donné en ce qui concerne l'exercice comptable écoulé.

Avant de lever la séance et selon la convocation, les points suivants ont été examinés :

Tiers sortant. L'an dernier, François Villaume avait été concerné par le tiers sortant et le tirage au sort avait désigné Jean-Yves Pérès. Tous les deux s'étaient représentés et avaient été réélus. Cette année, le tiers sortant concerne Dorothée Chatenet et Edmond Luca (ils avaient déjà été réélus lors de l'AG du samedi 6 août 2011). Tous deux représentent leur candidature et c'est à l'unanimité qu'ils sont réélus.

Appel à nouveaux administrateurs. Il est fait appel aux bonnes volonté pour venir compléter le nombre d'administrateurs qui peut compter jusqu'à 15 membres. Jacques Bessières se porte volontaire et il est accepté à l'unanimité. Les administrateurs le remercient, enchantés de pouvoir bénéficier de l'implication accrue de cet adhérent fidèle dans les réflexions de l'association ; en particulier pour sa compétence en matière d'urbanisme régulièrement actualisée et renforcée par des formations suivies au CAUE 74, Conseil d'Architecture d'Urbanisme et de l'Environnement de Haute-Savoie. Les administrateurs de l'ADEPT sont donc maintenant au nombre de 7. Fin janvier 2015, un Conseil d'administration sera convoqué avec, entre autres points à l'ordre du jour, celui de former le nouveau Bureau.

Verre de clôture. Avant de se séparer, les participants ont pu continuer à échanger dans une ambiance des plus agréable autour d'un verre de l'amitié, en présence d'anciens Présidents de l'association gage de la détermination et de la persistance des valeurs que l'ADEPT désire continuer à défendre.

Aucun commentaire: