25 août 2018

Montmin et l'antenne-relais


Bien que perchés dans un arbre, ce ne sont pas des oiseaux ! Il s'agit des émetteurs de la future antenne-relais de Montmin. Fixés dans un sapin artificiel, ils  devraient s'intégrer dans le paysage. La catastrophe environnementale de l'antenne-relais de l'ermitage de Saint-Germain semble donc évitée.

L'antenne sera édifiée à environ un kilomètre du col de la Forclaz. Les travaux ont commencé.
Les Montminois vont disposer ainsi d'ici peu d'une connexion internet opérationnelle.
Après les photos du modèle de pylône et des plans ne manquez pas la carte postale de Montmin en 1956 !



Sources : AMEP et cabinet en charge de l'étude

Vue du village et du col de la Forclaz en 1956



17 août 2018

Comment redonnez vie au village toute l'année ?

Des solutions existent. D'autres villages l'ont fait. Partagez leurs expériences en lisant cet article récent du Figaro.

FIGARO DEMAIN - Nul besoin de faire plusieurs kilomètres pour acheter son pain quand on est habitant de Bénévent l'Abbaye, petite commune creusoise. Dans cette bourgade de 800 habitants, le commerce de proximité n'est pas mort !
À Bénévent l'Abbaye
Bénévent l'Abbaye dans la Creuse
Dans la litanie des maux qui affectent les petites communes rurales, la disparition des commerces de proximité occupe une place de choix. Pourtant, échoppes à vendre et rideaux baissés ne sont pas une fatalité. Bénévent l'Abbaye en est le parfait exemple. Les boutiques de l'artère principale du village de 800 habitants, situé dans la Creuse, sont plus vivantes que jamais.
Pour lire la totalité de l'article, cliquez sur le lien ci-dessous :

8 août 2018

Millénaire de l'abbaye : concert à Montmin le 18 août. Connaissez-vous Joseph Bodin de Boismortier et l’église Saint-Maurice de Montmin ?














Un groupe de jeunes de Talloires Montmin ont été désireux de rejoindre cette grande manifestation qu'est le Millénaire. L'ADEPT soutient cette initiative. C’est l’occasion pour vous de découvrir un compositeur du 18ème et l’intérieur de l’église néoclassique (fin 19ème) de la commune de Talloires Montmin.


En effet, le Quintet Le Petit Trianon, ensemble composé de cinq jeunes talents spécialisés dans l’interprétation de musique baroque sur des instruments d’époque se produira le 18 août à 20:00 à l’église de Montmin pour un concert des sonates de Joseph Bodin de Boismortier, compositeur du début du 18ème bien connu en son temps mais quelque peu oublié aujourd'hui.
Voici quelques photos et liens pour vous faire une idée :

Musique de Bodin du Boismortier

Ils vont jouer aussi bien d'autres choses !

L’intérieur de l’église comporte deux grandes fresques (milieu 20ème) de Saint-Maurice, patron de l’église et de Saint-François de Salles et deux stalles en provenance de l'abbaye !
 







Associations partenaires
« Montmin en fête » et « Montmin Environment Patrimoine ».

Apéritif et petit buffet de dégustation du fromage du millénaire accompagné de charcuteries locales, offert par les associations à la suite du concert.

Un service gratuit de navette au départ de l’office du tourisme de TALLOIRES est mis en place pour l’occasion.

Prix des billets 14€, réduits 7€ et gratuit moins de douze ans. Plus d’info au 07 72 55 90 06.

  

Joseph Bodin de Boismortier
On doit à Joseph Bodin de Boismortier d’avoir formé, avec François Devienne, une école française de flûte de par la qualité et la quantité des œuvres qui lui sont dédiées, contribuant à la popularisation et au développement technique de l’instrument. Il puise son inspiration et son style musical par-delà les frontières, et malgré l’utilisation de mouvement de danses typiquement français, il se rapproche souvent de Telemann.

Quintet "Le petit Trianon"
Ensemble né à Genève sous l'impulsion de trois jeunes musiciens de la Haute Ecole de musique de Genève. Aujourd'hui cinq, ils interprètent les compositions de JB de Boismortier spécialiste sur clavecin ou/et piano-forte, musique de la Renaissance au 18è siècle.


4 août 2018

Quand le Tour de France contribue à la propreté de la commune !


Il y a quelques jours un article du quotidien local indiquait que, tels des retardataires oubliés par la voiture-balai, huit bidons d'huile de friture de 25 litres chacun avaient été abandonnés au point d'apport volontaire du Vivier.


A en croire l'article, cette situation durait depuis plus d'un mois déjà, animant les débats de la place du Lavoir. Le maire avait été sollicité fin juin en séance publique du conseil municipal sur ce sujet. Une conseillère municipale en profitait d’ailleurs pour proposer la mise sous surveillance vidéo des poubelles ! Que faire de ces bidons à l’approche du Tour ? Telle la ruine de Balmettes, ils risquaient d’être vus par des millions de téléspectateurs !
Le Grand Annecy ayant désormais la compétence de la collecte des ordures ménagères, la commune s'attendait peut-être à ce que ces « orphelins » soient conduits vers un centre d'accueil intercommunal !
Seulement voilà, ce ne sont pas des ordures ménagères mais des déchets professionnels.
Or le Grand Annecy demande aux restaurateurs d'adhérer à un système de collecte et de valorisation des huiles de fritures et autres matières grasses usagées qui font l’objet d’une collecte spécifique assurée par une entreprise privée.
Y aurait-il des restaurateurs ou des hôteliers talloiro-montminois qui n'adhèreraient pas à ce plan ?
Les bidons prenaient donc le soleil sur le parking du Vivier jusqu'à l'arrivée salutaire du maillot jaune. Effet touristique magique puisque les bidons disparurent alors du paysage ! Et le même journal local d'écrire un nouvel article pour annoncer la grande nouvelle agrémentée d'une photographie en quadrichromie, qui si on l'observait attentivement, montrait une bouteille de gaz elle aussi abandonnée à son tour !
De même la ruine de Balmettes fut sauvée in extremis de la diffusion du Tour en temps réel, non par une destruction attendue depuis plus de quinze ans, mais par une coupure publicitaire judicieusement programmée par le réalisateur. Résultat : la traversée de Talloires et la côte du Thoron ne furent pas diffusées en temps réel.
Ainsi il est intéressant de s'interroger sur ces pratiques inciviles qui perdurent sur le territoire de la commune de Talloires-Montmin. Car à toutes les altitudes de la commune on retrouve ces comportements qui semblent faire partie du paysage, que l'on dénonce mais que l'on tolère puisque rien n'est fait pour y remédier concrètement : les poubelles débordent, les containers de recyclage sont vandalisés pour pouvoir y introduire toutes sortes de déchets, les encombrants sont encore abandonnés le long des voies, les professionnels attendent encore des solutions pour leurs emballages et cartons.

Des faits qui s'apparentent à ce qui se passait encore il y a une vingtaine d'années dans d'autres communes de l'agglomération d'Annecy. Mais des initiatives préventives y ont été lancées, des mesures correctives y ont été prises et les incivilités y ont été sanctionnées (comme le prévoit la loi).
Depuis « l'annexion » du village par le Grand Annecy, nous sommes tout près de voir ces pratiques disparaître car des outils et du personnel intercommunal sont dédiés à cette tâche, il ne reste qu'aux élus de proximité de porter la bonne parole pour que l'ensemble du peloton passe ensemble la ligne d'arrivée.

19 juillet 2018

Talloires sera t-elle dotée d'un PLU en 2019 ?


Voici l'article qui a été proposé à la publication dans les dernières Nouvelles de Talloires-Montmin mais qui n'a pas été retenu par les responsables de la parution.

Résumé de l'article :
1. Cela fait treize ans que le processus d'élaboration du PLU a été initié par la municipalité. On en est à la troisième version.
2. La compétence de l'élaboration du PLU incombe désormais au Grand Annecy
3. Trois conditions ont été identifiées par l'ADEPT pour réussir cette fois-ci :
a) respecter la jurisprudence des lois Littoral et Montagne,
b) définir une vision réaliste de l'avenir de Talloires en reconnaissant que la commune est MULTIPOLAIRE et que chaque pôle a ses propres caractéristiques,
c) instaurer un véritable débat citoyen entre les élus et la population en organisant des réunions de hameaux.


Voici l'article in extenso qui avait été proposé :

Depuis le 1er janvier 2017, le Grand Annecy a récupéré la compétence de l’élaboration des plans d’aménagement de l’urbanisme, dont celui de Talloires. Saura t-il mener à bien cette tâche avec l’aide de l’Agence « Territoires Demain » suite au retrait de l’Agence des Territoires ? Car l’élaboration du PLU de Talloires, commencé en 2005 a fait l’objet d’une révision le 24 septembre 2015. Treize ans après le début de cette procédure, la commune applique le Règlement National d’Urbanisme. L’ADEPT s’est penché sur la mise en œuvre des conditions nécessaires pour que la commune, via le Grand Annecy, soit enfin dotée d’un document approuvé, fiable et non constamment remis en cause.
A cette fin, l’ADEPT a identifié trois conditions :

Condition n°1 : respecter la législation et sa jurisprudence

Outre les lois générales (Grenelles de 2012, ALUR de 2014, ALUR version 2, etc.), la commune de Talloires (et non Talloires-Montmin car le PLU ne s’appliquera pas à Montmin !) est soumise à l’application des lois Littoral et Montagne. Ces dernières datent de plus de trente ans. Leur jurisprudence est bien connue : respect de la bande des 100 mètres (cf. jurisprudence Balmettes), respect des coupures d’urbanisation, notions d’extension limitée dans les espaces proches du rivage (en fait en cas de co-visibilité avec le lac), urbanisation contrôlée pour les villes et villages, etc. Le Tribunal Administratif, a annulé le 25 juin 2015 la deuxième version du PLU en explicitant très concrètement les parties de la commune où les règles approuvées par l’ancien conseil municipal étaient illégales. La commune a fait appel de ce jugement dont le résultat n’est pas encore connu à ce jour (juin  2018).
Ne pas connaître les conclusions de cet appel constitue un risque majeur pour la pérennité du futur PLU.
La commune de Talloires doit aussi respecter les extensions de l’urbanisation et les capacités d’accueil définies par le SCOT au sein de l’ancienne communauté de communes (CCT) : 250 logements sur les vingt prochaines années pour les quatre communes. Les quatre communes de la CCT se sont partagées ces 250 logements nouveaux en fonction de la population avec, pour Talloires, un quota de 68 logements sur 1,793 ha. Le zonage du nouveau PLU identifie ces nouvelles constructions. C’est un bon point. Cela dit, la commune et le Grand Annecy se devraient de suivre ces indicateurs de constructions neuves et de les mettre à jour sur leur site Internet.

Condition n°2 : définir une vision réaliste de l’avenir de Talloires

Pour l’ADEPT ce PLU souffre d’une erreur d’appréciation originelle : vouloir considérer que, ce qu’on appelle le Bourg, est le centre de la commune. C’est encore moins vrai depuis que Montmin a intégré la commune.
Pourtant qui ne voit aujourd’hui que Talloires-Montmin est une commune multipolaire dont chaque pôle a des vocations différentes issues de son histoire, de sa géographie, de la sociologie de sa population, etc. ? Ne pas reconnaître cette situation, c’est s’exposer à un nouvel échec – ce que le commissaire enquêteur du premier PLU avait fort justement relevé - car ces pôles requièrent des modes d’urbanisation et d’architecture spécifiques que le zonage et le règlement ne traduiront pas si l’analyse initiale est erronée. Dans ce nouveau PLU, pas un mot non plus sur le rattachement de Montmin à Talloires. L’ADEPT, de son coté, avait fait part dès mai 2015 aux élus et au Préfet d’une vision alternative dans un document dont le schéma - réactualisé ci-dessous - synthétise les principes et qui met au cœur de la réflexion la préservation et la beauté du site et la valorisation du patrimoine. Cette vision différencie notre commune de toutes les autres communes du bord du lac. Elle reste plus que jamais d’actualité.


Condition n°3 : instaurer un véritable débat citoyen entre les élus et la population

Pour élaborer le PLU, la municipalité a défini les « modalités » de la concertation avec la population en séance du conseil municipal du 24 septembre 2015. Certes des lettres d’information ont été publiées et des « réunions publiques d’information » ont eu lieu. Mais ne s’agit-il pas d’information a posteriori plutôt que de concertation ? Sur des sujets aussi sensibles dans ce nouveau PLU que la construction de 12 à 15 logements à Verel, ou l’aspect extérieur des bâtiments, pourquoi n’y a t-il pas eu des réunions de hameaux ? L’expérience montre que seul un véritable dialogue en amont expliquant, expliquant et expliquant encore les contraintes réglementaires et les motivations de construire permettent de réduire les contentieux ultérieurs.
De belles opportunités de véritable dialogue, implication, concertation avec la population existent aujourd’hui avec Internet. Qui utilise le cahier mis en place à la mairie ? Peu de monde ! Quand vous lirez ces lignes, l’enquête publique de la troisième version du PLU de Talloires ne sera peut-être pas encore achevée (date limite 19 juillet 2018). Alors n’hésitez pas à analyser le nouveau règlement et le zonage. Faites part directement de vos remarques à la Mairie ou au Grand Annecy. Posez-nous des questions par email (contact@adept.asso.fr), nous les analyserons et les transmettrons.

Synthèse

Le PLU proposé à l’enquête publique constitue sans aucun doute une nette amélioration  par rapport aux versions précédentes. Consultez régulièrement notre blog http://adeptalloires.blogspot.com pour connaître les propositions de l’association sur les sujets qui restent encore « sensibles » dans cette nouvelle version.

Texte rédigé le 13 juin 2018